Share this photo on Twitter Share this photo on Facebook

Passage Choiseul (Paris)

Posted by
PAPOU (Aubusson (Creuse), France) on 3 September 2017 in Cityscape & Urban and Portfolio.

Louis-Ferdinand Céline vécut une grande partie de son enfance Passage Choiseul, sa mère y tenait un commerce (aux numéros 64 puis 67), plus tard dans « Mort à crédit » (1936) l’écrivain fit une description sombre du passage, rebaptisé le Passage des Bérésinas dans son roman.

"Moi j'ai été élevé au passage Choiseul dans le gaz des 250 becs d'éclairage. Du gaz, des claques et des nouilles. Parce que ma mère était dentellière, que les dentelles, ça prend les odeurs et que les nouilles n'ont aucune odeur". Louis Ferdinand Céline "Mort à Crédit".